Troisième déclinaison

Cet article comprend une liste de références, de lectures connexes ou de liens externes, mais ses sources restent floues car il manque de citations en ligne. Aidez-nous à améliorer cet article en introduisant des citations plus précises. (Février 2021) (Découvrez comment et quand supprimer ce modèle de message)

La troisième déclinaison est une catégorie de noms en latin et en grec avec une formation de cas largement similaire — des tiges diverses, mais des terminaisons similaires. Le sanskrit a également une classe correspondante (bien qu’elle ne soit pas communément appelée troisième), dans laquelle les terminaisons de cas dites de base sont appliquées très régulièrement.

Contrairement aux terminaisons de première et deuxième déclinaison, celles de la troisième déclinaison n’ont pas de voyelle thématique (a ou o/u dans les première et deuxième déclinaisons) et sont donc appelées athématiques.

Une caractéristique distinctive des noms de troisième déclinaison est une terminaison génitive singulière d’une voyelle courte et d’un s : le latin rēg – est « d’un roi » Grec χειρ-人ς (cheir-ós) « d’une main », et le sanskrit bhagavat – comme « du bienheureux (un) ». Une autre est une terminaison dative singulière de i (courte i en grec, longue ī en latin) : rēg-ī « pour un roi »; χειρ-ι (cheir-í) « pour, avec la main ». Cela correspond à une terminaison -e en sanskrit, qui aurait pu être un ai contracté ou un i allongé: bhagavat-e « pour le bienheureux (un) »

De nombreux noms de troisième déclinaison, contrairement aux noms de première ou de deuxième déclinaison, présentent des tiges différentes selon le cas et le nombre – généralement une tige pour le singulier nominatif, et une autre pour le reste des cas, bien que certains noms grecs aient trois tiges. Les tiges grecques sont souvent formées par ablaut: Le latin homō  » personne  » et le homin-ēs « peuple « ; Le grec πατήρ (patēr’)  » père », le πατρ-人ς (patr-ós) « d’un père « , et le πατέρ-ες (patér-es), « pères « . En sanskrit, la situation est similaire à celle du grec, mais la tige la plus forte est utilisée un peu plus.

Une sous-catégorie dans la troisième déclinaison latine et grecque est les noms avec des tiges consonantiques. Ceux-ci, contrairement à tous les noms de première et deuxième déclinaison, se terminent par une consonne. Souvent, la consonne au début de certaines terminaisons subit un changement sonore avec la consonne de la tige: Le latin rēx « roi », de rēg-s (comparer le rēgis mentionné plus haut); πούς (poús) « pied », et le datif attique pluriel ποσί (posí) « à pied » de πόδ-σ (pód-s) et ποδ-σί (pod-sí). Ces changements sont soumis au sandhi en sanskrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *